Actus
  1. Accueil
  2. Actus
  3. La bonne ambiance au travail : un critère important pour les commerciaux
09/04/2014

La bonne ambiance au travail : un critère important pour les commerciaux

La bonne ambiance au travail est l’un des arguments qui motivent les salariés à s’impliquer dans un poste et à rester fidèle à l’entreprise. Pour les commerciaux aussi, l’ambiance joue un rôle décisif au travail

L’étude menée par Fed Business, intitulée « Recrutement des fonctions commerciales : attirer, rémunérer, fidéliser », a été réalisée auprès de 435 candidats entre les mois d’octobre 2013 et janvier 2014. Les réponses ont été recueillies par email ou lors d’entretiens de recrutement dans les locaux de Fed Business.
On y découvre qu’en poste, « la motivation des commerciaux passe par la bonne ambiance de travail, juste après l’intérêt du poste et les perspectives d’évolution ». En effet, parmi les critères majeurs qui favorisent leur envie de rester dans une entreprise, l’intérêt du poste occupé arrive en tête avec 76%, suivi des perspectives d’évolution avec 69% des suffrages et de la bonne ambiance au travail, qui récolte 65% des voix. La reconnaissance de la hiérarchie, les valeurs et la culture de l’entreprise, l’évolution de la rémunération ou encore la possibilité de mobilité géographique ferment la marche des aspects attrayants d’une société.

Au-delà d’une bonne ambiance au travail, les commerciaux sont en quête d’autres éléments lorsqu’ils sont à la recherche d’un emploi. La situation géographique, de préférence en Île-de-France ou dans le Sud-Est, a en effet son importance. Le Nord Pas-de-Calais et le Nord-Est sont au contraire des régions moins prisées.
Lorsqu’il s’agit de choisir entre deux opportunités, 74% des interrogés estiment que ce sont souvent le salaire et les avantages liés au poste qui boostent la motivation des commerciaux. Viennent ensuite les perspectives d’évolution pour 67% des personnes, la situation géographique, le secteur d’activité de l’entreprise, l’image et la notoriété de l’entreprise. L’envie de travailler avec la personne rencontrée en entretien arrive en dernière place, séduisant 32% du panel.


En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres,
vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services
et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site.